Saut au contenu

Prévention de la corruption

Le dispositif anticorruption du Groupe Crédit Agricoles Assurances

 

Daniel Collignon - Directeur Général UAF LLIFE Patrimoine

« Une éthique forte nous permettra de renforcer l’image et la réputation qu’UAF LIFE Patrimoine s’est forgée, et de maintenir et d’étendre les relations de confiances avec nos nombreux partenaires et clients. »

 

"Le groupe Crédit Agricole affirme depuis plusieurs années son engagement en matière de loyauté et de rejet de toute forme de corruption.

En matières de prévention de la corruption, des politiques et des procédures Groupe ont été émises afin de couvrir les domaines devant faire l’objet d’une attention spécifique.

La loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et la modernisation de la vie économique, dite Loi Sapin 2, rend obligatoire, à compter du 1er juin 2017, la mise en place par certaines grandes entreprises d’un plan de lutte contre la corruption. Le Groupe Crédit Agricole entre dans le champ d’application de cette loi, et doit s’assurer que son plan de lutte contre la corruption couvre l’ensemble des sociétés contrôlées, qu’elles soient établies en France ou à l’international.

Mais notre engagement ne s’arrête pas là : chacun de nous a une responsabilité personnelle et collective dans la lutte contre la corruption et le principe de tolérance zéro s’applique. Les activités d’UAF LIFE Patrimoine doivent être conduites dans le respect de nos valeurs et de notre culture de conformité. Je compte sur l’ensemble des collaborateurs pour un engagement sans faille sur ce sujet !"

 

Daniel Collignon

Directeur Général UAF LIFE Patrimoine

 

 

Un dispositif renforcé qui s’inscrit dans l’engagement éthique et sociétal du Groupe CAA dont fait partie UAF LIFE Patrimoine

 

LES POINTS ESSENTIELS :

La lutte contre la fraude est l’affaire de tous et mérite toute votre vigilance au quotidien pour prévenir et détecter les tentatives

Les principes de bonne conduite et le respect de la réglementation doivent être appliqués

En cas de doute, il faut informer immédiatement le responsable hiérarchique et/ou la cellule de prévention de la fraude/corruption.

 

QU’APPELLE-T-ON LA CORRUPTION ?

On distingue deux types de corruption :

  • La corruption active : obtenir ou essayer d’obtenir via des avantages/dons ou des promesses qu’une personne exerçant une fonction publique ou privée accomplisse ou au contraire retarde ou s’abstienne d’accomplir un acte qui entre dans ses fonctions ou qu’elle peut faciliter.
  • La corruption passive : une personne exerçant une fonction profite de celle-ci en sollicitant ou en acceptant des dons, promesses ou avantages en vue d’accomplir ou de s’abstenir d’accomplir un acte attaché à sa fonction.

La corruption est externe lorsqu’elle n’implique que des personnes ou des sociétés extérieures au Groupe : les flux financiers issus de telles opérations relèvent dans ce cas de la lutte contre le blanchiment.

La corruption est interne lorsqu’elle implique des salariés ; elle est alors constitutive d’une fraude interne.

 

COMMENT LE GROUPE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ?

L’engagement des instances dirigeantes du Groupe Crédit Agricole s’est traduit en juillet 2017 par la certification du Groupe, 1ère banque française à bénéficier de la norme internationale ISO 37 001 pour son système de management anticorruption. Cette certification a été renouvelée en août 2019 et couvre notamment le Groupe Crédit Agricole Assurances.

 

Elle atteste que les risques de corruption sont correctement identifiés et que le programme appliqué par Crédit Agricole Assurances est conçu de façon à limiter ces risques, en déclinant les meilleures pratiques internationales.

 

Le dispositif anticorruption du Groupe repose notamment sur :

  • une gouvernance dédiée à la prévention de la corruption ;
  • une cartographie des risques de corruption ;
  • un code de conduite anticorruption ;
  • un programme de formation et de sensibilisation de l’ensemble des collaborateurs ;
  • le renforcement du dispositif de protection des lanceurs d’alerte.

Les collaborateurs du Groupe jouent un rôle essentiel dans le dispositif de prévention de la corruption. Il leur revient d’agir de manière loyale et responsable. Ils sont régulièrement sensibilisés grâce à des modules de formation pour savoir comment agir au quotidien.

 

ET VOUS, CONCRÊTEMENT, COMMENT VOUS CONTRIBUER À LUTTER CONTRE LA CORRUPTION ?

Vis-à-vis de la corruption externe :

  • Grande vigilance
  • Application stricte des consignes en matière de lutte contre le blanchiment

Vis-à-vis de la corruption interne :

  • Identification de toute situation de conflits d’intérêts propice à des sollicitations et information de la hiérarchie
  • Refus de tout cadeau ou avantage qui pourrait aboutir à une situation de conflit d’intérêt
  • Interdiction d’envoi ou de réception de cadeau ou avantage sous forme d’espèces ou équivalent (y compris les chèques cadeaux et bons cadeaux)
  • Refus de tout voyage ou séjour financé par une société tierce
  • Application des procédures de sélection et de contrôle des fournisseurs, intermédiaires et apporteurs d’affaires
  • Veille au respect des obligations relatives à la probité, édictées par le code de conduite anticorruption

Signalement des dysfonctionnements constatés et exercice du droit d’alerte

 

Documentation :

Code de bonne conduite